Archives pour la catégorie Actus

Short Screens # 95 : raconte-moi des histoires

Short Screens vous présente carabistouilles, bobards, contrevérités, légendes, fake news, fantasmes, fabulations, à travers un méli-mélo de courts métrages et d’interventions contées.

Rendez-vous le jeudi 30 mai à 19h30, au cinéma Aventure, Galerie du Centre, Rue des Fripiers 57, 1000 Bruxelles – PAF 6€

Visitez la page Facebook de l’événement ici !

A3- 95 Raconte-moi des histoires

PROGRAMMATION :

Deux conteuses viendront ponctuer les courts métrages de leurs histoires imaginaires.

FAKE NEWS FAIRYTALE de Kate Stonehill, docu-fiction, Royaume-Uni, 2018, 14′
Veles, Macédoine, l’épicentre improbable des fausses nouvelles. Depuis les élections présidentielles américaines de 2016, les adolescents créent de fausses informations qui génèrent des milliers de hits sur les réseaux sociaux.

ÉRAMOS POCOS de Borja Cobeaga, fiction, Espagne, 2005, 16′
Après le départ de sa femme, un père ramène sa belle-mère à la maison pour s’occuper de lui et de son fils.
Nominé aux Oscars du Meilleur Court Métrage de Fiction 2006.

LÖGNER (Lies) de Jonas Odell, docu-animation, Suède, 2008, 13′
Trois histoires de mensonges parfaitement vraies, réalisées à partir de documents sonores, de prises de vues réelles et d’animation.
Grand Prix au Sundance Film Festival 2009.

WHITE LIES de Harry Hitchens, fiction, Royaume-Uni, 2017, 6’18 »
Un garçon autiste confronte sa mère après avoir découvert que la « petite souris » n’était pas réelle.
Meilleur Comédien au British Independent Film Festival.

Short Screens #94 : Pères et fil.le.s

Symbole d’autorité et de protection, le père révèle souvent derrière une façade sévère une grande fragilité, accrue par le modèle familial en pleine mutation, les complexités de la migration politique ou encore le fossé entre les générations X, Y et Z. En ce mois d’avril, Short Screens met à l’honneur la relation à la fois tendue et tendre entre pères et fil.le.s.

Rendez-vous le jeudi 25 avril à 19h30, au cinéma Aventure, Galerie du Centre, Rue des Fripiers 57, 1000 Bruxelles – PAF 6€

Visitez la page Facebook de l’événement ici !

A3- 94 Pères et fil.le.s

PROGRAMMATION :

DISGRACE de J. Casey Modderno, fiction, Etats-Unis, 2013, 14′
Un père surmené rentre chez lui pour avoir une conversation troublante avec son fils.

LONG DISTANCE INFORMATION de Douglas Hart, fiction, Royaume-Uni, 2011, 7’47 »
La comédie noire de Douglas Hart, cinéaste et bassiste de Jesus & Mary Chain, explore la relation tendue entre un père et son fils. Avec Peter Mullan (Riff-Raff, Trainspotting, My name is Joe).

THE THIRD DAD de Theresa Moerman, documentaire, Ecosse, 2015, 10’20 »
Dix ans après avoir rompu tous les liens avec son père alcoolique et sept ans après sa mort, une fille entreprend un voyage personnel qui mêle mémoire, découverte de soi et tentative désespérée de réconciliation.

DERBY de Paul Negoescu, fiction, Roumanie, 2010, 15′
Quand un père entend d’étranges sons venir de la chambre de sa fille, le dîner en compagnie du petit ami de cette dernière devient tendu.

JE VAIS A DISNEYLAND d’Antoine Blandin, animation, France, 2013, 3′
Calvin a une vie peu commune mais il s’y fait, voyant toujours le côté positif des choses. Un jour, un sac sur la tête, il croit embarquer pour le plus beau jour de sa petite vie : il va à Disneyland.

THE REMOVAL de Paul Gay, fiction, Royaume-Uni, 2015, 10′
Un père et son fils viennent ranger la maison d’un parent décédé.

LISTEN de Hamy Ramezan et Rungano Nyoni, fiction, Finlande / Danemark, 2014, 13′
Une femme en burqa emmène son fils au poste de police de Copenhague afin de porter plainte contre son époux abusif, mais la traductrice qui lui est assigné ne semble pas vouloir traduire correctement.

Festival Format Court #1 – Spécial Belgique !

Pour fêter leurs 10 ans d’existence, Short Screens et Format Court s’associent et vous convient à la séance 100% « Made in Belgium » qui clôturera la toute première édition du Festival Format Court avec des courts métrages qui explorent tour à tour cette identité élusive nommée belgitude et ses liens de parenté insoupçonnés avec la France.

Rendez-vous le dimanche 7 avril à 18h00, au Studio des Ursulines, Rue des Ursulines 10, 75005 Paris – PAF 7€

Visitez la page Facebook de l’événement ici !

En présence des réalisateurs Xavier Séron, Emmanuel Marre, François Bierry et des comédien.ne.s Jean-Benoît Ugeux, Wim Willaert  et Catherine Salée.

PROGRAMMATION :

Le Film de l’été de Emmanuel Marre // Fiction // 30’36 // France/Belgique // 2016 // Michigan Films, Kidam
C’est un film d’autoroute, de touristes en transhumance, de tables de pique-nique en béton, de files d’attente pour les WC, de melons tièdes et de Carwash. C’est le film d’un homme qui veut partir et d’un petit garçon qui le retient. C’est le film de l’été.   Prix Jean Vigo du court métrage 2017, Prix Format Court au Festival de Brive 2017.

Vihta de François Bierry // Fiction // 20’58 // France/Belgique // 2018 // Hélicotronc, Offshore, CZAr TV, Ultime Razzia Productions et RTBF //
Serge et ses quatre collègues sont salariés d’une petite entreprise, fraîchement rachetée par un grand groupe. Comme cadeau de bienvenue, ils sont conviés par leur nouvel employeur à une journée détente dans un centre thermal. Prix Spécial du jury au Festival de Clermont-Ferrand 2018.

Le Plombier de Xavier Séron, Méryl Fortunat-Rossi // Fiction // 13’54 // Belgique/France, 2016 // Hélicotronc, oriGine films, RTBF, BeTV et Umedia 2016 //
Tom, un comédien flamand, remplace au pied levé un ami sur le doublage d’un film. En général, Tom fait des voix de personnages de dessins animés mais aujourd’hui il se retrouve en studio pour doubler en français un film pornographique. Meilleur Court Métrage de Fiction aux Magritte 2017.

Longueur, fréquence, intensité, émotion de Xavier Séron, Méryl Fortunat-Rossi // Fiction // 3’24 // Belgique/France // 2016 // Hélicotronc //
Pour imiter le cri de l’orignal, quatre paramètres à respecter : la longueur, la fréquence, l’intensité et surtout… l’émotion !

La vie qui va avec de Emmanuel Marre // Fiction // 13’26 // Belgique // 2008 // MedIADiffusion //
Sarah emmène ses deux fils, Théo et Daniel, dans un magasin de meubles. Choisir un lit, choisir une table, choisir des boulettes ou bien du saumon, choisir une lampe, choisir une vie de famille. Grand Prix au Festival Le court en dit long 2009

 

Short Screens #93 : « A films ouverts »

Une semaine après la « Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale », Short Screens s’associe pour la deuxième fois au Festival « À Films Ouverts » pour proposer une séance sur le thème de la tolérance, du vivre ensemble, du dialogue interculturel en Belgique et de la lutte contre les préjugés et le racisme.
À cette occasion, 18 courts métrages originaux (de 5′ max) réalisés par des amateurs ou des professionnels seront projetés sur grand écran.
Après la séance, le public pourra participer à un débat et voter pour le film qui sera primé lors de la clôture du festival.

Rendez-vous le jeudi 28 mars à 19h30, au cinéma Aventure, Galerie du Centre, Rue des Fripiers 57, 1000 Bruxelles – PAF 6€

Visitez la page Facebook de l’événement ici !

A3- 93 A films ouverts

Korean Film Fridays : Through the Looking Glass

Short Screens embarque sur une collaboration avec le Centre Culturel Coréen de Bruxelles pour proposer dans le cadre de leur ciné-club du vendredi, le  Korean Film Fridays, une séance spéciale autour de la thématique des identités croisées.
Rendez-vous le vendredi 15 mars à 19h30, au Centre Culturel de Bruxelles, Rue de le Régence 4, 1000 Bruxelles – Entrée libre – sur réservation.

Visitez la page Facebook de l’événement ici !

A3- 15-03

WE ARE DAERI UNJEON de Maxime Larondelle, documentaire, 2017, 31’  Chaque nuit, des milliers de « daeri unjeon » circulent dans les rues de Séoul. Pour un salaire de misère, ces travailleurs de la nuit ramènent chez eux les chauffeurs ivres avec leur voiture.  En présence du réalisateur.

MOTHER TONGUE de Susan Kim Danta, animation, 2002, 5’25’’ Une petite fille coréenne et sa maman enregistrent chaque jour des cassettes audio qu’elles envoient au papa, parti travailler en Australie.

THE BRONZE MIRROR de Susan Kim Danta, animation, 2007, 6’20’’ Adaptation d’un conte coréen. Un homme retourne chez lui quand il trouve un miroir qu’il ramène à la maison . Cet objet inconnu, où chaque membre de la famille y découvrent des reflets différents, sera la cause de nombreux troubles.

LAST LETTERS de Nils Clauss, docu-fiction, 2016, 7’    Le 16 avril 2014, un ferry coule au large de la Corée. Le film mêle documentaire et fiction pour explorer les émotions et le vide que la tragédie laisse derrière elle.

MIRROR IN MIND (SimGyeong) de Kim Seunghee, animation, 2014, 2’   Une femme explore son esprit où chaque élément imparfait la complètent.

COLD SUMMER de Park Nam-hui, fiction, 2013, 15’25’’     A la mort d’un homme, son ex-amante se présente face à l’épouse et à sa fille. Trois femmes qui ont perdu le même homme peuvent-elles partager les sentiments de solitude et d’abandon ?

THE WONDER HOSPITAL de Beomsik Shimbe Shim, animation film, 2010, 11’    Dans une étrange clinique, la chirurgie esthétique ne ressemble pas à ce qu’on peut imaginer.
Grand Prix, Festival Anima, Brussels 2012

GONG JU de Jerome Yoo, fiction, 2018, 10’27 »   Après un accès de violence à l’école, Gong Ju, une jeune lycéenne coréenne est envoyée par ses parents dans une école au Canada où ils espèrent que son comportement s’adoucira.

BOOK LANDSCAPE de Lee Lee Nam, expérimental, 6’25 »   A l’aide d’effets digitaux, l’artiste Lee Lee Nam anime et donne vie à deux tableaux traditionnels.

Short Screens #92 : les sept péchés capitaux

Laissez-vous transporter avec une sélection de courts métrages qui titilleront votre curiosité : entre gourmandise, envie, colère, avarice, orgueil, paresse et luxure, il y aura de quoi expier sa culpabilité.
Et pour couronner la séance, gourmandise oblige, nous vous proposons une dégustation de délices à faire damner un saint !

Rendez-vous le jeudi 28 février à 19h30, au cinéma Aventure, Galerie du Centre, Rue des Fripiers 57, 1000 Bruxelles – PAF 6€

Visitez la page Facebook de l’événement ici !

A3- 92 les 7 péchés capitaux

PROGRAMMATION :

SOFT de Simon Ellis, fiction, Royaume-Uni, 2007, 14′
Un père et son fils sont indépendamment terrorisés par le même groupe de jeunes et contraints de faire face à la peur et à la colère.
PRIX DU JURY au Sundance Film Festival 2008.

PORTRAIT D’UNE PARESSEUSE de Chantal Akerman, expérimental, 1986, 7′
Chantal Akerman exploite sa propre vie pour nous donner sa vision de la paresse. Extrait du long-métrage « Seven Women, Seven Sins ».

CANICHE de Noémie Marsily et Carl Roosens, animation, Belgique, 2010, 15’15 »
Au milieu d’un grand vide, un magazine féminin, soulevé par le vent, traverse le décor … Des conseils de beauté s’échappent de la revue, ça excite un cabot qui lui cavale au cul …
PRIX DU MEILLEUR COURT-METRAGE, compétition nationale Festival International du Film Francophone Namur 2012.
En présence des réalisateurs.

PAUVRE HISTOIRE PAUVRE 7 de Carl Roosens, animation-expérimental, Belgique, 2012, 4’14 »
« Mes Pauvre Histoire Pauvre n’ont aucune espèce d’importance.
Leurs images, leurs objets, leurs mots ont presque tous disparu.
C’était quelque chose qui s’approchait de moi à un certain moment. »

RAAK de Hanro Smitsman, fiction, Pays-Bas, 2006, 9′
Un garçon jette une pierre sur une voiture depuis un pont. La conséquence de colères accumulées et de chagrin non traité.
OURS D’OR du meilleur court-métrage au Festival de Berlin 2007.

BEAUTY de Rino Stefano Tagliafierro, expérimental, Italie, 2014, 10′
Des chefs-d’œuvre de la peinture prennent vie pour évoquer la naissance, la mort, l’amour, la sexualité, la douleur et la peur.

L’AVARE de Georges Méliès, fiction, France, 1908, 5′
Un vieil homme compte ses sous et éconduit ceux qui viennent le solliciter. Méliès présente sa vision de « L’Avare » de Molière.

DESSERTS de Jeff Stark, fiction, Royaume-Uni, 1998, 4′
Par une belle journée, un homme marche sur une plage déserte. Soudain il découvre un appétissant éclair au chocolat sur le sable…
Avec Ewan McGregor
OURS D’ARGENT au Festival de Berlin 1999

Short Screens #91 : Le Jour Le Plus Court : films d’ateliers

Véritables viviers de créativité, les ateliers de production cinématographique sillonnent le paysage belge et permettent à tous publics, auteurs ou non, de réaliser des œuvres de qualité. A l’occasion du Jour le plus Court organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles, Short Screens met à l’honneur le travail remarquable de quelques unes de ces plateformes d’expression artistique foisonnante, avec une sélection « dernier cru » de fictions captivantes, d’animations soignées, de documentaires engagés ou encore de films expérimentaux poétiques.

Rendez-vous le jeudi 20 décembre à 19h30, au cinéma Aventure, Galerie du Centre, Rue des Fripiers 57, 1000 Bruxelles – PAF 6€

Visitez la page Facebook de l’événement ici !

A3- 91 Jour le plus court films d'ateliers

PROGRAMMATION :

LA MAZDA JAUNE ET SA SAINTETE de Sandra Heremans, docu-expé, 2018, 10’30’’(Atelier Graphoui)
L’histoire d’un missionnaire qui tombe amoureux d’une rwandaise se confond avec ce que les images et l’histoire coloniale signifient pour leur fille. En présence de la réalisatrice.

KA de Claudio Capanna, expérimental, 2017, 10’15’’ (Atelier Jeunes Cinéastes)
À travers une approche sensorielle, ce court métrage exprime la force sauvage qu’est la naissance. En présence du réalisateur.

LE MARCHEUR de Frédéric Hainaut, animation, 2017, 11’18’’ (Caméra-etc)
Le marcheur travaille dans une usine aviaire. Dégouté par son travail abject, il se met en marche et trouve refuge parmi les Indignés, tentant vaille que vaille de trouver une place dans le monde.
Prix du Meilleur Film d’Animation Francophone au Festival International du Court Métrage de Clermont-Ferrand 2018.

KL de William Henne et Yann Bonnin, expérimental, 2017, 3’45’’ (Zorobabel)
Une succession de photographies défilent rapidement. Le lieu n’est révélé que par des détails, cadrés en gros plan : traverses et rivets de voie ferrée, fenêtres, briques rouges, boue et flaques, détails de wagons, nœuds de fil barbelé…

CONFESSION de Vlad Mstaioni, fiction, 2018, 5’30’’ (Atelier Alfred)
Dans une église, une étrange confession…

LE COSTUME de Guillaume Herinckx, fiction, 2018, 9’ (Atelier Alfred)
Un sans-abri trouve dans une allée un costume aux effets très particuliers.

AHLAM de Saaid Hasbi, fiction, 2018, 7’ (Atelier Alfred)
Sur les côtes du Maroc, une danseuse, un peintre, l’insouciance du jeune couple d’artiste rattrapés par l’actualité.

SCORIE de Xavier Hinant, fiction, 2018, 14’ (Atelier Alfred)
Une jeune femme agressée par son compagnon. Comment et pourquoi en sont-ils arrivés là ? …

PENS(I)ONS QUARTIER de Aurélia Pfend, documentaire, 2017, 4’50’’ (Centre Vidéo de Bruxelles)
Des voisins avec le cœur sur la main pour leurs voisins.
S comme Senior, mais surtout comme ‘Service et Solidarité’.

LE GRENIER DES CASSEUSES DE CRISE de Aurélia Pfend, documentaire, 2017, 5’25’’ (Centre Vidéo de Bruxelles)
Une alternative au système patriarcal, raciste et capitaliste, un espace de liberté et de convivialité pour les femmes.

CORVIA de Joachin Guzman et Aurélia Pfend, documentaire, 2017, 6’ (Centre Vidéo de Bruxelles)
Un frigo avec des invendus alimentaires, disponible 24h/24 et 7j/7. Une garde-robe ouverte deux fois par semaine. Pas d’échanges monétaires, mais de l’attention et de la participation.

PALETACTIF de Manuel Hanot, documentaire, 2017, 6’ (Centre Vidéo de Bruxelles)
Un atelier de meubles gratuit et ouvert à tous, créé par des sans-papiers et un collectif citoyen. Plein d’engagement, de solidarité, de partage, de rêves réalistes, ce sont des acteurs du changement !

Short Screens #90 : identités coréennes

En ce mois du Festival du Film Coréen de Bruxelles, Short Screens s’intéresse à la vision de cinéastes coréens sur leurs identités. De la patrie à la terre d’accueil, ces visions font écho aux questions existentielles que se pose tout un chacun.

Rendez-vous le jeudi 29 novembre à 19h30, au cinéma Aventure, Galerie du Centre, Rue des Fripiers 57, 1000 Bruxelles – PAF 6€

Visitez la page Facebook de l’événement ici !
A3- # 90 identités coréennes

PROGRAMMATION :

Performance live de chants traditionnels coréens avec notamment Sophie Rakotondrasoa, Yan Vandenbroucke, Mia van Eeghem et Lali Nea.

WHO ARE YOU ? de Kimura Byol, Belgique, 2014, 1’40 »
Sur fond sonore de discours de Malcom X sur le sens de l’appartenance et le nom de famille, des images d’enfants coréens orphelins, tous des adoptables de familles occidentales.

BRUSSELS, 2016 de Sara Sejin Chang, Pays-Bas/Belgique, 2016, 33′
Sous forme de lettre adressée à sa mère de Corée, Sara Sejin Chang, en résidence d’artiste à Bruxelles lors de la période des attentats et de la campagne du brexit, dresse un portrait politique poétique de la capitale belge. En présence de la réalisatrice.

BIKINI WORDS de Nils Clauss, Corée du Sud, 2016, 6’20 »
Au cours de l’expansion industrielle de la Corée dans les années 70 et 80, les conditions de travail et de logement ont suscité de nouveaux développements linguistiques chez les travailleurs.

DE L’AUTRE CÔTÉ de Sung-A Yoon, Belgique, 2005, 10’48 »
Une jeune femme fait la connaissance de son étrange voisin de palier qui semble en connaître bien plus qu’elle sur son pays d’origine. En présence de la réalisatrice.

DIALOGUES de Kimura Byol, Belgique, 2014, 1’40 »
CoréeS – une guerre, une division, une séparation et des retrouvailles autour de dialogues tirés de leçons de langue coréenne.

PROMESSE de Jéro Yun, France, 2010, 13’10 »
Née en Chine, d’origine coréenne, elle tient une auberge clandestine à Paris. Cela fait déjà neuf ans qu’elle n’a pas revu son fils. « Mon fils viendra sur cette terre promise. Oui. Mon fils viendra ».

Short Screens #89 : contes fantastiques

En cette fin d’octobre, Short Screens fête à sa manière les esprits, mystères, fantômes et étrangetés en tous genres avec une série de courts métrages à vous faire tressaillir et frissonner de peur et de plaisir !

Rendez-vous le jeudi 25 octobre à 19h30, au cinéma Aventure, Galerie du Centre, Rue des Fripiers 57, 1000 Bruxelles – PAF 6€

Visitez la page Facebook de l’événement ici !

A3- 89 Contes fantastiques

PROGRAMMATION :

VINCENT de Tim Burton, animation, Etats-Unis, 1982, 6’25”
Sous son apparence d’enfant bien élevé, Vincent, un petit garçon de 7 ans, rêve de transformer son chien en zombie, faire tremper sa tante dans une cuve de cire ou libérer son épouse, enterrée vivante…

DE VIJVER de Jeroen Dumoulein, fiction, Belgique, 2015, 17’
Début des années 1900, Christiane, une jeune fille de 12 ans, vit dans un grand château avec sa mère malade et une tante stricte mais dévouée. Derrière le château se trouve un étang dont la noirceur cache un secret. Christiane veut savoir lequel…

LES EFFACEURS de Gérald Frydman, animation, Belgique, 1991, 6’05”
Un homme fuit, le visage dans les mains. Il le cache, car celui-ci refuse de s’effacer.

BETELGEUSE de Bruno Tracq, fiction, Belgique/Irlande/Etats-Unis, 2016, 31’30’’
Depuis que son compagnon Elliot est mort dans un accident de voiture, Sarah, astrophysicienne, est prise de crises de panique dès qu’elle passe sa porte. Elle vit enfermée chez elle et passe ses journées à refaire ses calculs. Betelgeuse va exploser et la supernova pourrait balayer la vie sur terre.

BABYSITTING STORY de Vincent Smitz, fiction, Belgique, 2014, 21′
Deux jeunes filles, Sarah et Julie, se rendent chez la tante d’un ami pour y faire du baby-sitting. Une fois seules dans la maison, et alors qu’un orage gronde, Sarah profite de la naïveté de Julie pour lui raconter une histoire terrifiante qui se serait réellement passée dans la région.

Short Screens #88 : les Arts

Après la première édition de son festival d’été, Short Screens reprend ses séances thématiques mensuelles avec une programmation articulée autour des arts et leurs multiples expressions cinématographiques.
Des performances « live » viendront ponctuer une séance éclectique de courts métrages où se côtoient danse, architecture, parole, peinture, sculpture et musique.

Rendez-vous le jeudi 27 septembre à 19h30, au cinéma Aventure, Galerie du Centre, Rue des Fripiers 57, 1000 Bruxelles – PAF 6€

Visitez la page Facebook de l’événement ici !

 

A3- # 88 les Arts+

PROGRAMMATION :

PERFORMANCES LIVE :
– Les trois musiciens de « bruit-Machine » – Sylvestre Vergez, alto & violon, voix, bruitages, Mathieu Godefroy, violon, traitements sonores, voix, bruitages et Youen Cadiou, contrebasse baroque & jazz, voix, bruitages – improviseront sur différents films du cinéma muet.
– Yan Vandenbroucke interprétera un extrait de pansori, l’art coréen du récit chanté.

TARKOVSKY’S HOUSE de Christos Palamidis, expérimental, Grèce, 2008, 4’33 »
Film-hommage à Andrei Tarkovsky, qui construit une nouvelle narration à partir d’images récupérées de la courte mais puissante filmographie du grand maître. Bien loin du pastiche, le film revisite son univers singulier, à la lisière du psychologique et du mystique, et le transpose à une autre réalité.

AN AUTUMN WIND de Iara Lee, expérimental, Etats-Unis, 1994, 7’39 »
Le film met en lumière la simplicité et la grandeur des jardins japonais et met en scène un choc des réalités, raconté à travers la poésie haïku de Matsuo Bacho et la poésie d’Allen Ginsberg, fondateur de la Beat Generation, du mouvement hippie et de la contre-culture américaine.

COLOR OF REALITY de Jon Boogz, expérimental, Etats-Unis, 2016, 5’38 »
Connue pour ces body paintings absolument saisissants, l’artiste Alexa Meade a réalisé un clip en collaboration avec les danseurs Jon Boogz et Lil Buck.
Fable visuelle et moderne mêlant des pratiques artistiques différentes, le film nous immerge dans les réalités de notre monde : celles d’inégalités raciales et d’injustices. La peinture, le cinéma et la danse se rencontrent pour former un langage universel.

DRIPPED de Verrier Léo, animation, France, 2010, 8’20 »
Passionné de peinture, Jack écume les musées pour voler puis dévorer des tableaux !
Coloré, mystérieux et musical, le film de Léo Verrier est un hommage à la création picturale et à Jackson Pollock en particulier.

MAGRITTE OU LA LEÇON DE CHOSES de Luc de Heusch, documentaire, Belgique, 1960, 13’40’’
Le film entre dans l’univers de René Magritte accompagné du peintre lui-même. Mais, ce n’est pas seulement une introduction au surréalisme de Magritte, en faisant des choix cinématographiques (utilisation de fondus, cadrage et mise en scène…), il imite aussi le style et le formalisme du peintre et devient une œuvre à part entière.