Les Shorts d’été

Pour marquer la rentrée, Short Screens est fier de présenter son premier mini-festival d’été.  Trois jours, trois séances, trois thématiques très variées pour plaire à tous les goûts et terminer les vacances en beauté !

Rendez-vous au Cinéma Aventure !

PROGRAMMATION

#85 : KIDS (4-12 ANS) – MERCREDI 29 – 17h   Consultez la page Facebook de l’événement ici

Le petit chaperon rouge rural de Tex Avery, animation, Etats-Unis, 6’, 1949

L’adaptation version champêtre du Petit Chaperon Rouge.

Sientje de Christa Moesker, animation, Pays-Bas, 4’26’’, 1997

Une petite fille pique une crise de nerfs suite à une dispute avec ses parents. Mais que peut-elle faire pour se calmer ?

Laszlo de Nicolas Lemée, animation-fiction, France, 4’03’’, 2010

Laszlo est un homme sans racines qui aimerait juste vivre en paix, peu importe le lieu.

Lila de Carlos Lascano, animation-fiction, Argentine, 9’10’’, 2014

Lila utilise son imagination et ses talents de dessinatrice pour modifier la réalité.

Chromophobia de Raoul Servais, animation, Belgique, 10′, 1966

Des armées grises et uniformes ont envahi le monde dans l’intention d’imposer la domination totale du noir-gris-blanc. La résistance se manifestera sous la forme d’un bouffon écarlate. Grand Prix du court métrage à la Biennale de Venise 1966.

Raconte-moi… Le petit Prince de Jad Makki, fiction-animation, Belgique, 14’45’’, 2015

Entre rêve et réalité, le Petit Prince, perdu dans un univers qui n’est pas le sien, devient pour un temps l’unique compagnon de l’aviateur. Court-métrage en trois chapitres où se déploient plusieurs procédés audiovisuels, proposant une nouvelle lecture du célèbre conte de Saint-Exupéry.

#86 : INDIE SHORTS / AUTO-PRODUCTIONS – JEUDI 30/8 – 19h30   Consultez la page Facebook de l’événement ici

Edgar et la douze demoiselle de Frederic Legrand, fiction, Belgique, 2014, 13’

Un jour Edgar, une créature étrange ignorée de tous, fait la rencontre de Douze, une automate désarticulée et rafistolée. En présence du réalisateur.

Syria de Nejm Michel Patoulatchi, expérimental, Belgique, 3’44’’, 2016

Via le langage du corps et de la danse, l’histoire d’un jeune, isolé, qui va se faire embrigadé dans une guerre au nom d’un dieu. En présence du réalisateur.

Tamam de Catherine Levêque, documentaire, Belgique, 9’08’’, 2017

Des jeunes réfugiés syriens racontent leur parcours et leurs espoirs et apportent un témoignage à contre-courant de la morosité ambiante.

Angle mort de Cédric Larcin, fiction, Belgique, 4’23’’, 2015

Atmosphère pleine de tension dans la rue, au lendemain d’un attentat. En présence du réalisateur.

Zeus de Quentin Van Roye, fiction, Belgique, 8’34’’, 2014

Isaac se rend à un entretien d’embauche pour un travail un peu particulier. En présence du réalisateur.

Selfportrait de Isobel Blank, expérimental, Italie, 2’54’’, 2009

L’autoportrait comme récréation de soi. Il y a la réalité et il y a le filtre qui rend surréaliste ce qui est réel.

Un minuto en la carretera de Carmen Barriuso Lajo, Espagne, 3’20’’

Un père et un fils confrontés à l’inéluctable. En présence de la réalisatrice.

Panneau de Gilles de Trazegnies, fiction, Belgique, 14’10’’, 2005

Lydia, non-voyante est accueillie par Gérard venu la conduire jusqu’au centre médical. Ils font un détour par un petit musée où Lydia se perd dans les couloirs.

L’émissaire de l’accélération de la normalisation ds choses de Haroun Zelakiev, fiction-expé, Belgique, 6’38’’

La normalisation universelle ou enfin comprendre comment le monde fonctionne… ou pas. En présence du réalisateur.

Adoption de Star Kim (aka Cho Mihee, aka Kimura Byol, aka Nathalie Lemoine), expérimental, Belgique, 7’35’’, 1988

Une adoptée coréenne écrit une lettre à sa mère biologique. Elle décrit ses sentiments dans son pays d’adoption.
Grand Prix « Etre jeune aujourd’hui en Europe » – Festival International du Film Indépendant de Bruxelles 1988.

#87 : HOT SHORTS (18+) – VENDREDI 31/8 – 21H    Consultez la page Facebook de l’événement ici

O poetas das  coisas horriveis de Guy Charnaux, animation, Brésil, 5’16’’, 2017

Un fils annonce à son père qu’il veut devenir poète. Le père essaie d’aider son fils à s’accomplir, mais il échoue lamentablement. Adaptation d’un texte de Rafael Sperling, auteur sans concession et provocateur, pour public averti.

Ciné Palace de Séverine De Streyker Day, fiction, Belgique, 14’19’’, 2011

Dans un cinéma porno, une strip-teaseuse, des rencontres, des fantasmes et les surprises qui se cachent dans ce petit théâtre de la vie.

Vadātājs (The Evil One) de Janis Krivans et Armands Erglis, fiction, Lettonie, 5’24’’, 2010

Bon nombre de personnes se seraient égarés à cause du Vadātājs, démon de la mythologie lettone. Il peut être visible ou invisible. Dans ce court métrage coquin, nous dépassons la forme invisible du démon.

Tampa de Kyle Henry, fiction, Etats-Unis, 17’, 2011

A Tampa, un homme en proie à une crise de confiance personnelle cherche satisfaction dans les toilettes d’un centre commercial.
Comédie extraite de Fourplay, anthologie de 4 courts métrages délirants.

Un chant d’amour de Jean Genet, fiction, France, 25’, 1950

Depuis leurs cellules, deux prisonniers arrivent à communiquer grâce à un trou percé dans le mur qui les sépare. Avec la complicité silencieuse du gardien qui les observe par le judas, ils vont établir un contact amoureux et érotique. Unique film de Jean Genet, censuré pendant plus de 25 ans.

Le plombier de Xavier Seron et Méryl Fortunat-Rossi, fiction, Belgique/France, 13’54’’, 2016

Tom, un comédien flamand, remplace au pied levé un ami sur l’enregistrement d’un doublage. Une fois dans le studio, il s’aperçoit qu’il s’agit d’un porno à doubler en français. Magritte 2017 du meilleur court métrage.  En présence du réalisateur.

Short Screens #84: “Un monde (encore) meilleur”

Notre dernière séance du 28 juin sur le beau thème « Un monde meilleur » a malheureusement dû être interrompue suite à un problème technique. Pour ce mois de juillet, voici donc la suite de la programmation complétée de quelques nouveaux titres.

Une sélection de courts métrages engagés qui questionnent la place qu’occupe l’être humain au sein de son environnement, et énoncent tantôt des constats alarmants tantôt des rayons d’espoir pour un monde et un mode de vie plus durables, plus justes, plus en phase avec la Nature.

Rendez-vous le jeudi 26 juillet à 19h30, au cinéma Aventure, Galerie du Centre, Rue des Fripiers 57, 1000 Bruxelles – PAF 6€

Visitez la page Facebook de l’événement ici !

A3- 84 Un monde encore meilleur

Short Screens #83: “Un monde meilleur”

Face aux inquiétudes et à l’urgence d’un monde assailli par la surconsommation et la pollution, une prise de conscience citoyenne est apparue avec une série de visions et d’initiatives pour un mode de vie alternatif, plus durable, plus juste, plus en phase avec la Nature. Au mois de juin, Short Screens pose un regard sur la place qu’occupe l’être humain au sein de son environnement et propose une sélection de courts métrages engagés, tantôt des constats alarmants tantôt des rayons d’espoir pour un avenir meilleur.

Rendez-vous le jeudi 28 juin à 19h30, au cinéma Aventure, Galerie du Centre, Rue des Fripiers 57, 1000 Bruxelles – PAF 6€

Visitez la page Facebook de l’événement ici !

PROGRAMMATION

Il était une fois Marc et Lotti..;et leur âne de Çiva de Gandillac, documentaire, France, 2002, 25’


A l’heure où le pétrole flambe, voici un bel exemple d’écocitoyenneté et d’autonomie…Marc et Lotti vivent leur idéal, à 100 kilomètres des Pyrénées, et nous offrent un bol d’air salvateur.

The Cow Who Wanted To Be A Hamburger de Bill Plympton, animation, Etats-Unis, 2010, 5’50” (Plymptoons Studio)


Hypnotisé par un panneau publicitaire, un veau rêve de devenir un hamburger et est prêt à tout pour y parvenir.

Article associé : la critique du film

Bikpela Bagarap (Big Damage) de David Fedele Filmmaker, documentaire, Australie/Royaume-Uni, 24′, 2011 (David Fedele)


Un conte sur l’exploitation et les promesses brisées en Papouasie-Nouvelle-Guinée où les indigènes sont traités comme des citoyens de seconde zone dans leur propre pays, par des compagnies forestières et des politiciens corrompus.

Copier-Cloner de Louis Rigaud, animation, France, 2009, 3’16” (Autoproduction)


Un programme informatique qui se mêle d’élevage de vaches se transforme en mauvais plan incontrôlable.

Ensemble! (Together!) de Güldem Durmaz, Belgique, 2017, 21’49” (Altitude 100)


Réalisé dans le prolongement de l’exposition “Energie, les nouveaux rêves” au PASS (Parc d’aventures scientifiques),
Ensemble ! est un film résolument positif, qui donne à voir une mosaïque d’initiatives innovantes, créatives et durables, loin du fatalisme ambiant.

Short Screens #82: “Mai 68 et au-delà”

Mai 68 fut le témoin de révoltes qui eurent des incidences énormes sur l’ensemble de la société occidentale. 50 ans plus tard, Short Screens se laisse porter par ce vent contestataire et vous propose une sélection de courts métrages d’hier et d’aujourd’hui, où des femmes et des hommes indignés s’insurgent contre les injustices.

Rendez-vous le jeudi 31 mai à 19h30, au cinéma Aventure, Galerie du Centre, Rue des Fripiers 57, 1000 Bruxelles – PAF 6€

Visitez la page Facebook de l’événement ici !

PROGRAMMATION

La sixième face du Pentagone de Chris Marker & François Reichenbach, documentaire, France, 1968, 27′ (Les Films du Jeudi)

21 octobre 1967. Washington. Les opposants à la guerre du Vietnam marchent sur le Pentagone. Chris Marker et François Reichenbach sont présents. Des images qu’ils rapportent, Marker tire un film qui interroge le melting-pot américain et l’engagement politique de la jeunesse.

Que s’est-il passé en mai ? de Jean-Paul Savignac, documentaire expérimental, France, 1968, 17′(Les Films Xénia)

 

mai

Juste après Mai 68, une caméra explore Paris en cherchant les signes qui témoignent des affrontements passés. Les images de pavés, de graffitis ou d’affiches arrachées, l’omniprésence des forces de l’ordre, des dessins d’enfants, tout se constitue en mémoire d’une ville où l’ordre règne.

Koro de Güldem Durmaz, fiction, Belgique, 2002, 13′ (Polymorfilms)

 

koro

Dans un pays imaginaire, une visite en prison.

Battle for the Xingu de Iara Lee, documentaire, Brésil/Etats-Unis, 2009, 11′ (George Gund III)

Le long du fleuve Xingu, un affluent de l’Amazone, vivent plus de 10 000 indigènes dont la survie dépend de la rivière. Le gouvernement brésilien, pour développer la région, propose d’y construire un barrage hydro-électrique. Cette initiative mettrait en danger la biodiversité de son bassin mettant ainsi en péril le futur de ses habitants. En janvier 2009, plus de 100 000 Brésiliens se sont rassemblés à Belem pour le Forum social mondial, où les habitants du Xingu ont fait entendre leurs voix et ont assuré qu’ils ne laisseraient pas menacer la rivière et leur culture.

Article associé : la critique du film

Suleima de Jalal Maghout, animation, Syrie, 2014, 16′ (Studio Estaykazat)

suleima

Suleima, la quarantaine, soutient la révolution syrienne depuis le début. Elle décide de se séparer de son mari, qui désapprouve son engagement.

A3- 82 Rev

Short Screens #81: “Hispanidad”

En ce mois d’avril qui commémore la mort de Cervantes, Short Screens s’est mis aux couleurs hispaniques pour vous offrir une séance olé, olé. Puisant dans le patrimoine cinématographique espagnol (Tierra sin pan de Luis Buñuel) ou dans les dernières productions de jeunes auteurs contemporains d’Amérique latine, tous genres confondus, la 81ème programmation de Short Screens aborde des thèmes qui participent de l’identité hispanique.

Rendez-vous le jeudi 26 avril à 19h30, au cinéma Aventure, Galerie du Centre, Rue des Fripiers 57, 1000 Bruxelles – PAF 6€

Visitez la page Facebook de l’événement ici !

Programmation

Tierra sin pan (Las Hurdes) de Luis Buñuel, documentaire, Espagne, 1933, 27’ (Les Films du jeudi)


Las Hurdes, près de la frontière portugaise est une enclave, isolée du monde et du reste de l’Espagne par une haute barrière rocheuse. La population de ces terres arides tente de survivre à la pauvreté de ses sols. La faim, la malnutrition, les maladies et la mort frappent le quotidien de ces citoyens espagnols. Ces terres isolées sont pourtant reliées à l’un des plus grands foyers culturels européens. Salamanque n’est en effet située qu’à une centaine de kilomètres de là…

Atrapados al vuelo de Miguel Ángel Rosales, documentaire, Cuba, 2012, 12’ (EICTV), ESP st FR


Une réflexion sur la liberté comme espace construit à l’intérieur des contritions politiques et sociales, du point de vue de deux artisans, fabricants et commerçants de cages à oiseaux.

La Loteria de Shahir Daud, fiction, Etats-Unis, 2014, 9’ (Shivali Gulab), ESP st FR


Alors qu’il attend son avion pour embarquer afin d’immigrer aux Etats-Unis, Augusto Ramirez se remémore les trois plus grands regrets de sa vie.

Victor XX de Ian Garrido López, fiction, Espagne, 2015, 20’ (Escac Films), ESP st FR


Que se passerait-il si vous n’étiez pas à l’aise avec votre corps? Si vous décidiez d’une expérience sur votre genre?

Besos frios de Nicolas Rincón Gille, documentaire, Colombie/Belgique, 2016, 15’ (CBA/VOA ASBL/Medio de Contencion), ESP st FR


À la périphérie de Bogota, Les échos de jeunes voix se propagent. Leonardo, Omar, Jaime, Estiven, Diego et tant d’autres sont toujours là, malgré leur assassinat par l’armée, il y a six ou sept ans. Ils viennent visiter leurs mères et les embrassent, Leurs lèvres sont fraîches comme des glaçons. Ils sont des âmes bénies, veillant sur ceux qu’ils aiment.

Amor, nuestra prision de Carolina Corral, animation, Mexique, 2016, 5’ (La Sandia Digital & Magma Films), ESP st FR


Les enjeux de l’amour en prison. Des détenues mexicaines de Atlacholoaya racontent leurs relations amoureuses.

A3- 81 Hispanidad

Short Screens #80: “Je, tu, il, elle”

Qui suis-je ? Réponse à dimension variable et plurielle. La quête de l’identité sous de multiples formes occupe le devant de la scène lors de cette 80ème séance de Short Screens. Pas moins de 8 courts métrages issus d’univers et styles différents nous emmènent à la découverte de soi et de l’autre.

Rendez-vous le jeudi 29 mars à 19h30, au cinéma Aventure, Galerie du Centre, Rue des Fripiers 57, 1000 Bruxelles – PAF 6€

Visitez la page Facebook de l’événement ici !

Programmation

Intrinsic Moral Evil de Harm Weistra, expérimental, Pays-Bas, 2013, 10’75’’ (FrameLab), VO EN / ST FR

IntrinsicMoralEvil-102-768x397

“Intrinsic Moral Evil” ressemble à un conte sur l’identité et la maturité. Mais pardessus tout, les trois danseurs jouent avec les perceptions et les attentes du spectateur : est-ce un souvenir, un rêve, une quête d’identité ? S’agit-il d’une amitié perdue ou du fait de devenir adulte ? L’histoire se développe progressivement, ne dévoilant ses secrets qu’à la fin. Laissant le public dans la confusion, le poussant à réfléchir et à se faire sa propre interprétation.

Prufrock de Iara Lee, experimental, Etats-Unis, 1991, 4’5’’(Cultures of Resistance Films), VO EN / ST FR

Prufrock

Poème expérimental basé sur “La chanson d’amour de J. Alfred Prufrock” de T.S. Elliot, et raconté par Matt Dillon.

Enraged By A Picture de Zanele Muholi, documentaire, Afrique du sud, 2005, 15’ (Stevenson), VO EN / ST FR

zinzi

Muholi, photographe, inaugure son exposition à Johannesburg. Efficacement conflictuelle, l’expo fait sensation et provoque un tollé autour d’un sujet particulièrement tabou : être noire et lesbienne. Chaque photo monochrome capture sans détours la réalité des sujets de la photographe, l’inconfort quotidien, les doubles vies, les abus et la haine. Ce documentaire passionnant force les gens à ouvrir les yeux sur la réalité de ce monde, qu’ils le veuillent ou non.

New Old School de Super Preachers, expérimental, Etats-Unis, 2008, 4’20 » (Hazelwood Vinyl Plastics), VO EN / ST FR

Parlez-vous anglais ? Ce clip délirant vous aidera à faire vos premiers pas dans la langue de Shakespeare. Musique des Super Preachers

Ben/O de Guldem Durmaz, documentaire, Turquie, 2011, 22’30 » (Güldem Durmaz / Yakamoz), VO TUR / ST FR

beno

Esmeray est une artiste, transsexuelle, kurde qui vit aujourd’hui en Turquie. On l’a d’abord filmée déambulant dans la nuit d’Istanbul, son territoire. Puis on lui a demandé de se remettre brièvement dans la peau, ou au moins dans le costume, de l’homme qu’elle a cessé d’être depuis vingt ans. Ainsi travesti(e), elle a repris les mêmes trajets. Les deux images sont présentées simultanément en split screen. Le film devient une sorte d’expérience d’auto-dissimulation.

Offside de Jimmy Dean, fiction, Royaume-Uni, 2015, 18’ (University of Westminster), VO EN / ST FR

Après avoir appris par son père qu’elle s’apprête à perdre sa place au sein de l’équipe de football masculine, Kirsty, onze ans, a du mal à se faire à l’idée qu’elle est en train de devenir une femme.

No hablar (Indian Diaries 2) de Chantal Maillard et David Varela, expérimental, Espagne, 2015, 5’46’’ (Chantal Maillard, Lola Martínez, David Varela), VO ESP / ST FR

nihalbar

Second volet d’un travail multidisciplinaire basé sur les textes et poèmes de l’écrivaine et philosophe Chantal Maillard dans la ville de Bénarès, et les images filmées dans la même ville par le cinéaste David Varela.

Turkkiosken (Le magasin turc) de Bahar Pars, fiction, Suède, 2017, 7’ (Sic Film AB), VO SW / ST EN,FR

turkkiosken

Dans une boîte de créateurs à Stockholm, Cecilia, raconte une anecdote en utilisant une appellation à caractère raciste. Asal, la nouvelle, interroge Cecilia sur son choix de mots ce qui offense cette dernière. Turkkiosken est une comédie sur le racisme ordinaire au boulot.

29216131_1577642862353687_8008690526029086720_n

 

Short Screens #79: “Les Mots de ma mère”

En février, Short Screens vous propose une expérience formelle inédite mêlant deux disciplines artistiques complémentaires, la radio et le cinéma. Au programme, des œuvres qui expriment avec pudeur et sensibilité la relation mère-fille confrontée aux affres du temps qui passe.

Rendez-vous le jeudi 22 février à 19h30, au cinéma Aventure, Galerie du Centre, Rue des Fripiers 57, 1000 Bruxelles – PAF 6€

Visitez la page Facebook de l’événement ici !

Programmation

Katatsumori de Naomi Kawase, documentaire, Japon, 1994, 40’ (Naomi Kawase)

Deux ans après Dans ses bras, Naomi Kawase filme sa grand-mère, qui l’a élévée depuis l’enfance, dans ses gestes quotidiens et sans cesse répétés, en particulier les soins dont elle entoure les plantes du jardin. De la même manière, la cinéaste filme quotidiennement et inscrit son geste cinématographique au cœur de la relation qu’elle entretient avec son aïeule.

Article associé : l’interview de Naomi Kawase

Dotty de Brett O’Gorman et Mick Andrews, fiction, Nouvelle-Zélande, 2012, 11’ (József Fityus)

Dotty, une vieille dame un brin têtue, sollicite l’aide de Carol car elle souhaite envoyer un message à sa fille via son téléphone.

Les mots de ma mère d’Aurelia Balboni, documentaire radiophonique, Belgique, 2015, 52’ (acsr et Cinétroupe asbl, Fédération Wallonie-Bruxelles et Côté des Ondes)

Aujourd’hui, ma mère a tenté de payer le buraliste du village avec des billets de Monopoly, elle pensait qu’il ne ferait pas la différence. Elle est atteinte d’une maladie neurodégénérative appelée Démence Sémantique : une pomme, une chaise, une fleur sont des mots qu’elle ne connaît plus. Ma mère n’aura jamais conscience de sa maladie. Elle trouve qu’elle va très bien.

A3- 79

Short Screens #78: “Kick Off!”

2018 à peine avancée et Short Screens vous a déjà décroché de jolis trophées pour sa programmation de janvier. Nous vous proposons un choix unique de courts métrages qui explorent le sport sous de multiples facettes. De la compétition, de l’affrontement mais aussi de l’humour et du dépassement de soi seront au rendez-vous pour cette rencontre exceptionnelle. Pas de doute, le coup d’envoi est bien lancé!

Rendez-vous le jeudi 25 janvier à 19h30, au cinéma Aventure, Galerie du Centre, Rue des Fripiers 57, 1000 Bruxelles – PAF 6€

Visitez la page Facebook de l’événement ici !

Programmation

Skateistan: To Live and Skate Kabul, documentaire de Orlado Von Einsiedel, Etats-Unis, 2010, 9′ (Orlado Von Einsiedel)

Fazilla rêve de représenter son pays lors d’une compétition sportive internationale quand elle sera plus grande. Le seul hic est qu’elle est skateboardeuse et qu’elle vit en Afghanistan.

Cross de Maryna Vroda, fiction, France/Ukraine, 2011, 15′ (Les 3 Lignes) – Palme d’Or du court métrage en 2011

Un garçon forcé à courir, puis court de lui-même, puis regarde un autre courir.

Articles associé : la critique du film

Siamo Tornati de Yasmin Fedda, documentaire, Italie, 2013, 8′ (Tella Brack Films)

En réaction aux coupes budgétaires dans les services publics et à l’augmentation du chômage, les occupations sociales se répandent en Italie. Dans le quartier de San Giovanni à Rome, un prof de boxe, et d’autres collègues et militants ont créé le S.C.u.P (sport e cultura populare), une salle de sport, école et centre communautaire populaire.

Tisina Mujo de Ursula Meier, fiction, Suisse, 2014, 10’15 » (Bande à part Films)

C’est l’heure de l’entraînement de foot sur le stade Zetra à Sarajevo. Mujo, dix ans, loupe son penalty. Le ballon s’envole au-dessus de la cage et disparaît au milieu des tombes, au coeur du vaste cimetière qui a recouvert l’espace des terrains de sport durant la guerre. cherche parmi les chrétiens! crient certains de ses camarades. Cherche chez les musulmans! répondent les autres. Mujo, à la recherche du ballon, prend tout son temps parmi les tombes au royaume des morts.

Riders of The Well of Death de Erik Morales, Documentaire, Etats-Unis, 2016, 14’75 » (Julia Carrasco)

Un groupe de cascadeurs jour aux demi-dieux en défiant toute logique: ils conduisent leur moto et leur voiture sur les parois d’un cylindre.

Underdog de Vivian Belik et Naomi Mark, documentaire, Canada, 2016, 10′ (Feet it All Productions)

Face à des défis économiques et physiques, une jeune expatriée japonaise se prépare à participer à une course d’environ 160 kilomètres avec des chiens d’attelage, pour accomplir les dernières volontés de sa mère.

Run de Thea Gajic, Fiction, Royaume-Uni, 2016, 7′ (Thea Gajic)

Les tons et les regards affichent tranquillement la force indomptable de la vulnérabilité féminine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Short Screens #77: “@ Le Jour le plus court – Belgitude”

Pour sa quatrième participation au Jour le plus court ( Le jour le plus Court.be), Short Screens vous convie le jeudi 21 décembre à sa 77ème séance de courts métrages autour de la « Belgitude ». Ne vous étonnez donc pas d’y retrouver une touche de mélancolie, des questionnements identitaires, un brin de surréalisme absurde sur fond de dénonciation sociale, de l’autodérision et une ambiance chaleureuse et décontractée!

Une séance en présence de Fedrik De Beul et Olivier Magis, les réalisateurs de « May Day » ; Gérald Frydman, le réalisateur du « Cheval de Fer » ; Monique Marnette et Caroline d’Hondt, les réalisatrices de « The Hidden Part » ; …

Rendez-vous le jeudi 21 décembre à 19h30, au cinéma Aventure, Galerie du Centre, Rue des Fripiers 57, 1000 Bruxelles – PAF 6€

Visitez la page Facebook de l’événement ici !

Programmation

A3- 77

May Day d’Olivier Magis et Fedrik De Beul, fiction, 2017, 22′ (Eklektik Productions)

Dans le salon de Thierry, plusieurs personnes qui ne se connaissent pas sont venues nourrir le même rêve : trouver un travail, et vite. Mais comme nous sommes à Bruxelles, rien ne se passe comme prévu.

En présence des  réalisateurs Olivier Magis et Fedrik De Beul

Le Cheval de fer de Gérald Frydman, animation, 1984, 7′ (Scarfilm) – Palme d’or du court métrage au Festival de Cannes 1984.

L’histoire du pari de Stanford, baron du rail, sur le galop du cheval. Il fait appel au photographe Muybridge qui met au point un système pour analyser le mouvement, qui fera de lui le précurseur du cinéma… Le monde surréaliste de Gérald Frydman dans toute sa splendeur.

En présence du réalisateur Gérald  Frydman

Mort à Vignole d’Olivier Smolders, expérimental, 1998, 25′ (Les Films du Scarabée)

À l’occasion d’un film de famille tourné à Venise, Olivier Smolders interroge la façon dont les images familiales interviennent dans les histoires d’amour et de mort.
Un film impossible à résumer, impossible à raconter. Une étude presque anthropologique du rapport de l’homme à la caméra.

The Hidden Part de Monique Marnette et Caroline d’Hondt, fiction, 2014, 12′ (Man’s Films Productions)

Dérogeant à ses habitudes, Asgeir, accepte la présence de Woré, une jeune femme africaine, à bord de son camion. Réunis le temps d’une journée sur les routes d’Islande, ces deux êtres enfermés dans leur solitude vont découvrir, malgré eux, une part de l’autre mais aussi d’eux-mêmes.

En présence des réalisatrices Monique Marnette et Caroline D’Hondt

Articles associé : la critique du film

Nous trois d’Annick Ghijzelings, docu-expérimental, 2007, 4′ (Traces ASBL/Gsara)

Si c’était un mot, on dirait incertitude. Si c’était une image, on y verrait la lumière. Si c’était une voix, ce serait celle d’une femme. Si c’était une histoire, ce serait une histoire d’amour, un fragment de vie à trois dans un lieu indéfini, dans un temps fuyant.

Articles associé : la critique du film

Babyroussa, The Babiroussa, de Vincent Patar, animation, 1994, 5′ (Pic Pic et André Production)

Babyroussa, un babiroussa, se réveille sur son île minuscule. Il a faim, mais le frigo est vide… Il décide de se fabriquer du pain… sous le regard de son voisin Fennec.

Zoufs de Tom Boccara, Noé Reutenauer et Emilien Vekemans, fiction, 2015, 20’ (FraKas Productions)

Le soleil va bientôt se lever, du haut de son toit, Michel voit tout, entend tout, sent tout. La vue est belle, le temps passe, les Zoufs s’enchaînent et ne se ressemblent pas. Tiens voilà la lune, on dirait une banane !

Short Screens #76: “Best of Filmer à tout prix”

Short Screens s’associe une fois encore au Festival filmer à tout prix pour mettre en avant le court métrage documentaire. L’équipe a fouillé dans les précédentes éditions du fameux festival belge, qui se tiendra du 23 novembre au 2 décembre à Bruxelles, pour y dénicher les perles du genre. Une séance qui montre toute l’importance de l’acte de filmer la réalité, pour témoigner, dénoncer ou encore partager !

Une séance en présence de Maxime Pistorio et Julie Jaroszewski, les réalisateurs de « Standards ».

Rendez-vous le jeudi 30/11 à 19h30, au cinéma Aventure, Galerie du Centre, Rue des Fripiers 57, 1000 Bruxelles – PAF 6€

Visitez la page Facebook de l’événement ici !

Programmation

SS-A3-76

 

A Few Stories About Man de Bodgan Dziworski, documentaire, Pologne, 1983, 20’ (Wytwornia Filmow Oswiatowych)

Jerzy Orlowski est un homme de trente-sept ans qui a perdu ses deux mains à l’âge de douze ans. Malgré cela, il vit comme d’autres, c’est un grand athlète, un artiste étonnant et un père tendre. Utilisant une palette sonore d’une grande richesse et de nombreuses inventions formelles, Bogdan Dziworski fait une parabole sur la cruauté du destin et le courage, la persévérance et l’humour nécessaires pour surmonter le handicap physique

La Femme étrangère de Robert Morin, documentaire, Canada, 1988, 25’ (Lorraine Dufour)

Helena Valero voyageait avec ses parents, des colons brésiliens qui allaient s’établir le long d’un affluent de l’Amazone, lorsqu’elle fut enlevée par un groupe d’Indiens Yanomami. Elle avait douze ans lors du rapt; elle en aura trente-six le jour où elle retrouvera sa liberté. Considérée comme une étrangère par ses kidnappeurs tout au long de sa captivité, les membres de sa famille la traitent d’Indienne lorsqu’elle retourne vivre parmi eux avec ses trois enfants. Condamnée à être une étrangère toute sa vie, Helena retournera vivre en forêt, dans le Haut-Orinoque, à mi-chemin entre un village rouge et un village blanc.

Standards de Maxime Pistorio et Julie Jaroszewski, documentaire, Belgique, 2010, 17’ (Maxime Pistorio). EN PRESENCE DES REALISATEURS

Le meilleur moyen de cacher une caméra n’est-il pas tout simplement de la montrer au vu et au su de tous ? Au château de La Hulpe, le trio du pianiste de jazz Charles Loos se heurte, en fin de soirée, à l’inculture et à l’indifférence imbibées d’alcool de la jet-set scandinave de Bruxelles et du Brabant wallon. La chanteuse est la coréalisatrice de ce petit « film-piège » dont on se dit qu’il a été orchestré pour enregistrer la trace d’une situation déjà vécue auparavant.

After de Łukasz Konopa, documentaire, Royaume-Uni, 2011, 6’ (National Film and Television School (NFTS))

De l’aube à la tombée de la nuit, le film dépeint le théâtre de la vie quotidienne aux alentours d’Auschwitz. La caméra observe de près, mais sans jamais s’imposer, ce qui se passe à l’intérieur et à l’extérieur du camp. Chaque scène est un monde de silence et de solitude soigneusement composé, où résonnent des émotions et des mots inexprimés. Le passé et le présent s’entremêlent dans un cadre où le temps s’arrête.

Article associéla critique du film

We are Become Death de Jean-Gabriel Périot, documentaire expérimental, France, 2014, 4’ (Local Films)

Nous savions que le monde ne serait plus le même.
Certains rigolaient.
D’autres pleuraient.
La plupart restaient silencieux.

Yaar de Simon Gillard, documentaire, Belgique, 2014, 20’(INSAS)

Au coeur de la brousse, au creux des graviers, une civilisation entêtée cherche son avenir sous la terre. Aveugles ou bien trop voyants, ils creusent, nuit et jour, poussés par la folie qui guide l’homme jusqu’à sa mort.

Article associél’interview de Simon Gillard

le court métrage sur grand écran