may_day_-_olivier_magis__amp__fedrik_de_beul_

Short Screens #77: “@ Le Jour le plus court – Belgitude”

Pour sa quatrième participation au Jour le plus court ( Le jour le plus Court.be), Short Screens vous convie le jeudi 21 décembre à sa 77ème séance de courts métrages autour de la « Belgitude ». Ne vous étonnez donc pas d’y retrouver une touche de mélancolie, des questionnements identitaires, un brin de surréalisme absurde sur fond de dénonciation sociale, de l’autodérision et une ambiance chaleureuse et décontractée!

Une séance en présence de Fedrik De Beul et Olivier Magis, les réalisateurs de « May Day » ; Gérald Frydman, le réalisateur du « Cheval de Fer » ; Monique Marnette et Caroline d’Hondt, les réalisatrices de « The Hidden Part » ; …

Rendez-vous le jeudi 21 décembre à 19h30, au cinéma Aventure, Galerie du Centre, Rue des Fripiers 57, 1000 Bruxelles – PAF 6€

Visitez la page Facebook de l’événement ici !

Programmation

A3- 77

May Day d’Olivier Magis et Fedrik De Beul, fiction, 2017, 22′ (Eklektik Productions)

Dans le salon de Thierry, plusieurs personnes qui ne se connaissent pas sont venues nourrir le même rêve : trouver un travail, et vite. Mais comme nous sommes à Bruxelles, rien ne se passe comme prévu.

En présence des  réalisateurs Olivier Magis et Fedrik De Beul

Le Cheval de fer de Gérald Frydman, animation, 1984, 7′ (Scarfilm) – Palme d’or du court métrage au Festival de Cannes 1984.

L’histoire du pari de Stanford, baron du rail, sur le galop du cheval. Il fait appel au photographe Muybridge qui met au point un système pour analyser le mouvement, qui fera de lui le précurseur du cinéma… Le monde surréaliste de Gérald Frydman dans toute sa splendeur.

En présence du réalisateur Gérald  Frydman

Mort à Vignole d’Olivier Smolders, expérimental, 1998, 25′ (Les Films du Scarabée)

À l’occasion d’un film de famille tourné à Venise, Olivier Smolders interroge la façon dont les images familiales interviennent dans les histoires d’amour et de mort.
Un film impossible à résumer, impossible à raconter. Une étude presque anthropologique du rapport de l’homme à la caméra.

The Hidden Part de Monique Marnette et Caroline d’Hondt, fiction, 2014, 12′ (Man’s Films Productions)

Dérogeant à ses habitudes, Asgeir, accepte la présence de Woré, une jeune femme africaine, à bord de son camion. Réunis le temps d’une journée sur les routes d’Islande, ces deux êtres enfermés dans leur solitude vont découvrir, malgré eux, une part de l’autre mais aussi d’eux-mêmes.

En présence des réalisatrices Monique Marnette et Caroline D’Hondt

Articles associé : la critique du film

Nous trois d’Annick Ghijzelings, docu-expérimental, 2007, 4′ (Traces ASBL/Gsara)

Si c’était un mot, on dirait incertitude. Si c’était une image, on y verrait la lumière. Si c’était une voix, ce serait celle d’une femme. Si c’était une histoire, ce serait une histoire d’amour, un fragment de vie à trois dans un lieu indéfini, dans un temps fuyant.

Articles associé : la critique du film

Babyroussa, The Babiroussa, de Vincent Patar, animation, 1994, 5′ (Pic Pic et André Production)

Babyroussa, un babiroussa, se réveille sur son île minuscule. Il a faim, mais le frigo est vide… Il décide de se fabriquer du pain… sous le regard de son voisin Fennec.

Zoufs de Tom Boccara, Noé Reutenauer et Emilien Vekemans, fiction, 2015, 20’ (FraKas Productions)

Le soleil va bientôt se lever, du haut de son toit, Michel voit tout, entend tout, sent tout. La vue est belle, le temps passe, les Zoufs s’enchaînent et ne se ressemblent pas. Tiens voilà la lune, on dirait une banane !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *