fast film41E26B7FD

Short Screens #108 : « Cinéma Cinéma »

Short Screens revient pour une séance spéciale pour célébrer le cinéma ! Avec 10 courts métrages réalisés par David Cronenberg, Nanni Moretti, Richard Olivier…
En hommage à Fritz Lang, la Cinémathèque, Dziga Vertov et son film « L’Homme à la Caméra », au cinéma hollywoodien, à Muybridge, et surtout aux spectateurs et au plaisir de se retrouver enfin ensemble dans une salle de cinéma !

Rendez-vous le jeudi 24 juin à 19h30, au Cinéma Aventure, Galerie du Centre 57 (accès via rue des Fripiers 17) 1000 Bruxelles 

Visitez la page Facebook de l’événement ici !    Billets

PROGRAMMATION :
CAMERA de David Cronenberg, Canada, 2000, fiction, 6’22’’
Tandis qu’un groupe de jeunes enfants se faufile avec du matériel de production pour le filmer, un comédien chevronné explique son étrange rapport à la caméra, qui le ramène à sa propre mortalité.
Camera, 2001, director David Cronenberg, courtesy Tiff’s Film Reference Library
CINEMA PARADISO 2020 de Anissa Bonnefont, France, 2020, 2’
Alors que les salles de cinéma doivent fermer pendant le Covid, la réalisatrice Anissa Bonnefont imagine un Paris où les immeubles deviennent écrans de nos films préférés, partagés ainsi avec les voisins.
THE EMPEROR OF TIME de Drew Christie, Etats-Unis, 2016, xp, 6’25’’
Raconté du point de vue de son fils abandonné et entièrement projeté à travers un Mutoscope (un des premiers appareils cinématographiques), cette semi-fiction invite à un voyage onirique à travers la vie d’Eadweard Muybridge, l’inventeur légendaire du cinéma.
THE END de Richard Olivier, Belgique, 1982, documentaire, 12’
Court-métrage documentaire dédié aux cinoches de quartier disparus, démolis, remplacés, transformés et oubliés. Avec Jacques Ledoux, fondateur du Musée du cinéma de Bruxelles (Cinematek), et Pierre Gueulette, l’exploitant du Movy Club, le dernier cinéma de quartier de Bruxelles.
Réalisé par le regretté Richard Olivier, cinéaste belge sans concession et farouchement indépendant.
L’ESPRIT DU LOUP de Katia Scarton-Kim, Suisse/France, 2015, fiction, 18’17’’
En avril 1933, les nazis sont au pouvoir en Allemagne. Ministre de l’Information et de la propagande, Joseph Goebbels convoque dans ses appartements privés le réalisateur Fritz Lang qui vient de terminer « Le Testament du Docteur Mabuse ». L’objet de la rencontre : convaincre l’homme le plus en vue du cinéma allemand de travailler pour le régime nazi.
FAST FILM de Virgil Widrich, Autriche, 2003, xp-animation, 13’15’’
Une course effrénée du héros pour libérer sa belle. Un hommage animé aux films hollywoodiens, réalisé en pliant 65 000 images tirées de plus de 300 films, avec une distribution inouïe : Humphrey Bogart, Lauren Bacall, Cary Grant, Grace Kelly, Buster Keaton, John Wayne, Frankenstein, Godzilla, Indiana Jones, James Bond….
IL GIORNO DELLA PRIMA DI CLOSE-UP de Nanni Moretti, Italie, 1996, documentaire, 7’17’’
Le jour de la première italienne du film « Close Up » d’Abbas Kiarostami, Nanni Moretti en tant qu’exploitant d’un petit cinéma indépendant à Rome, fait preuve d’une attention méticuleuse aux détails qui frise l’obsession.
REEL LIFE de Anat Vovnoboy, Israël/Etats-Unis, 2012, documentaire, 17’
Collectionneur d’innombrables films, Gene Stavis, professeur d’histoire du cinéma et ancien directeur de l’American Cinematheque qu’il a créé avec le légendaire Henri Langlois, parle de sa passion pour le 7ème art, ne sachant pas toujours où s’arrête sa réalité et où commencent les films.
SAMEDI CINEMA de Mamadou Dia, Sénégal, 2016, fiction, 11’
Dans une petite ville du nord du Sénégal, deux jeunes cinéphiles passionnés ne veulent pas rater leur dernière chance de voir « Malcolm X » de Spike Lee, sur grand écran avant que le cinéma local ne ferme définitivement ses portes.
Pour payer leur ticket, ils proposent leur service de traduction orale et écrivent les lettres des voisins ne sachant écrire ou parler français.
WOMAN WITH AN EDITING BENCH de Karen Pearlman, Australie, 2016, fiction, 15’
Russie 1929, malgré les obstacles du régime de Staline, Dziga Vertov réalise ce qui deviendra un des plus grands films documentaire de l’histoire du cinéma : « L’Homme à la Caméra ».
« Woman with an Editing Bench » rend hommage à la créativité d’Elizaveta Svilova, la monteuse du film, sans qui ce chef-d’œuvre n’aurait jamais pu se faire.
A3 # 108 Cinéma Cinéma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *